Tant qu’il y aura des prisons et des bourreaux.. Soyons Charlie Bauer!

Des nouvelles des camarades emprisonnés...

Alors que tout le monde déjante sur le net, (qui en oubliant ce qu’était devenu Charlie Hebdo, qui en ne voulant pas voir qu’il s’agit de comdamnation à mort pronoçée par des fanatiques rétrogrades, on en passe et des meilleures, beaucoup perdent les pédales et l’hystérie est à son comble) voici quelques nouvelles des camarades emprisonnées en Italie, en Espagne et en Grèce. Après un nouvel an solidaire et contre toutes les prisons, la lutte contre la taule et TOUS les bourreaux doit continuer. Alors s’il faut être Charlie, soyons au moins Charlie Bauer.

#JeSuisCharlieBauer

Charlie Hebdo Je Suis Charlie Bauer

Mise à jour sur les cas de répression en Italie

Chiara , Claudio , Mattia et Niccolò ont été reconnus coupables au premier degré pour les crimes spécifiques, qu’ils revendiquent comme une action de la résistance au train haute vitesse TAV, 3 ans et 6 mois, contre une requete de neuf ans pour la circonstance aggravante de terrorisme. Maintenant, ils sont en résidence surveillée.

Pour Francesco , Graziano et Lucio le crime de terrorisme n’existe pas non plus. Les accusations demeurent la possession et la fabrication de cocktails Molotov et la résistance à un agent public, accusations qui les maintiennent en détention provisoire. Ils ont été transférés dans la prison de haute sécurité de Ferrara

Cassa di Solidarietà Aracnide

Graziano, Francesco et Lucio ont été accusés de terrorisme au début du mois de décembre. Pour les soutenir:

Graziano Mazzarelli
Lucio Alberti
Francesco Sala
C.C. via Arginone, 327 – 44122 Ferrara (FE)
Italia

NO-TAV

Mises à jour sur les transferts vers les prisons de haute sécurité de Domokos (Grèce)

Nous apprenons avec rage que le compagnon Nikos Maziotis, membre de Lutte Révolutionnaire, a été transféré le 30 décembre 2014 depuis les prisons de Diavata à celles de haute sécurité de Domokos. Le compagnon, qui est le premier prisonnier anarchiste à être transféré dans les nouvelles prisons de type C, est seul dans l’un des modules de ces cachots démocratiques. Comme l’Assemblée de Solidarité avec les Prisonnier-e-s Politiques et les Combattant-e-s Poursuivi-e-s et Incarcéré-e-s en fait circuler l’information, le compagnon garde un bon moral.

En ce qui nous concerne, avec les moyens que nous avons à notre disposition, nous ne nous arrêterons pas avant de faire des prisons de type C la tombe du Pouvoir.

Feu aux prisons, avec les matons au milieu !

Pour lui écrire :

Nikos Maziotis
Geniko Katastima Kratisis Domokou, Ε Pteryga, 35010 Domokos, Fthiotida, Grèce

—————

Le 30 décembre 2014, l’anarchiste Nikos Maziotis, membre de Lutte Révolutionnaire, a été transféré depuis la prison de Diavata aux prisons de type C de Domokos.

Le 2 janvier 2015, Dimitris Koufontinas (membre de l’organisation 17 Novembre) et l’anarchiste Kostas Gournas (Lutte Révolutionnaire), tous deux condamnés pour participation à organisation armée, ont été transférés depuis la section spéciale des prisons féminines de Koridallos à celles de Domokos.

La même matinée ont également été transférés depuis les prisons de Koridallos les anarchistes Yannis Naxakis et Grigoris Sarafoudis, condamnés pour le braquage à main armée dans la commune de Pyrgetos (près de Larisa), ainsi que pour leur supposée participation à une organisation de lutte armée (Conspiration des Cellules de Feu). Le transfert de Grigoris Sarafoudis s’est fait malgré le fait qu’il soit actuellement confronté à un autre procès, dans lequel il est accusé du braquage de Filotas (près de Florina), qui se poursuivra au sein de la cour spéciale des prisons de Koridallos ce mois-ci.

Entretemps, d’autres prisonniers ont été transférés vers les prisons spéciales de Domokos entre le Nouvel An et aujourd’hui.

Solidarité avec les compagnon.e.s espagnol.e.s arrété durant l’opération Pandora

Aux nôtres, à tous les compagnons et toutes les compagnonnes de nous connu-e-s ou non, qui embrassent les idées anarchistes et à toutes les personnes solidaires et intéressées.

Le matin du 16 décembre, un grand déploiement policier a fait irruption dans les quartiers de Sant Andreu, de Poble Sec et de Gràcia à Barcelone, à Manresa, à Sabadell et dans le quartier madrilène de Carabanchel, envahissant nos maisons au cri de « police ! » et, après une perquisition méticuleuse, nous arrêtant nous, 11 anarchistes. Simultanément, l’athénée libertaire de Sant Andreu, l’athénée anarchiste de Poble Sec, la Kasa de la Muntanya et les logements d’autres compagnon-ne-s ont eux aussi été fouillés, sans que cela ne mène à d’autres arrestations.

Lorsque les flics se sont fatigués de manipuler, d’enregistrer et de recueillir de supposés indices, les arrêté-e-s en Catalogne avons été conduit-e-s séparément dans différents commissariats des extérieurs de la ville de Barcelone, afin de rendre tout geste de solidarité plus difficile, puis avons été transféré-e-s 48 heures plus tard à 600 kilomètres de là, à l’Audiencia Nacional de Madrid. Après de longues heures d’attente lors desquelles l’hostilité mutuelle était à couper au couteau, 4 compagnon-ne-s ont été relâché-e-s sous contrôle judiciaire, et 7 d’entre nous avons été conduit-e-s en prison préventive sous la charge de constitution, soutien, direction et appartenance à organisation terroriste, dégradations et possession d’engins explosifs et incendiaires.

Nous avons dans un premier temps tou-te-s été transféré-e-s dans la maxiprison de Soto del Real (Madrid), où on nous a appliqué le régime FIES 3, réservé pour les délits d’organisation armée. Toutes nos communications sont interceptées et bien que nous n’ayons pas de nombre limite pour le nombre de lettres que nous pouvons recevoir, nous ne pouvons en envoyer que deux par semaine.
Notre arrestation et incarcération a lieu dans le cadre de « l’Opération Pandora », orchestrée conjointement par l’Audiencia Nacional et les Mossos d’Esquadra, contre une organisation terroriste fictive à laquelle ils attribuent des actions dont nous ignorons encore tout. Nous comprenons ce dernier assaut répressif comme une attaque contre la conjonction d’idées et de pratiques anarchistes, à un moment où l’État a besoin d’ennemis intérieurs pour justifier une série de mesure chaque fois plus oppressives et coercitives qui renforcent les formes actuelles de totalitarisme.

Avec la crise et l’insécurité en toile de fond, nous avons assisté au renforcement du contrôle aux frontières et des rafles racistes, des expulsions de logement, des violences hétéropatriarcales et de l’exploitation au travail, quelques choses au sein d’un grand etcétéra qui se traduit par des conditions de vie toujours plus misérables pour l’immense majorité.

Ces froides parois entre lesquelles nous sommes aujourd’hui enfermé-e-s ont caché les sourires qui se dessinent sur nos visages en sachant que nos proches, ami-e-s et compagnon-ne-s sont resté-e-s des heures et des heures devant les portes des commissariats et de l’Audiencia Nacional, se souciant de nous malgré le froid et la distance. De la même façon, savoir qu’une grande manifestation de solidarité combative à eu lieu à Barcelone et dans d’autres lieux nous remplit de joie, ce sont des gestes qui nous comblent de force et d’entièreté pour affronter la situation de la façon la plus digne qui soit.

Nous envoyons nos saluts, toujours combatifs, à Francisco Solar, Mónica Caballero, Gabriel Pombo Da Silva et à tous et toutes ces indomptables qui, au-delà des frontières imposées et malgré l’enfermement, les harcèlements ou les difficultés, ne baissent pas la tête et continuent de choisir la lutte.
Notre cœur reste avec vous.

Maintenant et toujours, mort à l’État et vive l’Anarchie.

Quelques anarchistes poursuivi-e-s par l’Opération Pandora
Madrid, fin 2014

Source: Contra Info

Pandora prison

Beatriz Isabel Velazquez Davila
Lisa Sandra Dorfer

P. Madrid VII – Estremera
Ctra. M-241 km 5,7
28595 Estremera
Madrid
España

Alba Gracia Martínez
Noemí Cuadrado Carvajal
Anna Hernandez del Blanco

P. Madrid V – Soto del Real
Carretera M-609, Km 3,5
28791 Soto del Real
Madrid
España

Enrique Balaguer Pérez
P. Madrid VI – Aranjuez
Ctra. Nacional 400, Km. 28
28300 Aranjuez
Madrid
España

David Juan Fernández

P. Madrid III – Valdemoro
Ctra. Pinto-San Martín de la Vega, km. 4,5
28340 Valdemoro
Madrid
España

Mónica Andrea Caballero Sepúlveda
Ávila-Prisión Provincial
Ctra. de Vicolozano s/n Apdo. 206
05194 Brieva (Ávila)
España

Francisco Javier Solar Domínguez
C.P. de Villabona Finca Tabladiello
33480 Villabona-Llanera (Asturias)
España

Lire les articles précédents :
Athènes aube dorée
Attaque incendiaire contre le siège d’Aube Dorée à Marousi (Athènes)

Alors que la crise économique s’approfondit toujours plus ces dernières années, on peut observer une mobilisation généralisée, tant au niveau...

Fermer