La sociologie des bas-de-plafond qui jouent les bouffons réconciliés.

Sur la secte d'Alain Soral et ses produits dérivés...

Notre petit cycle sociologique sur les bas-de-plafond touche à sa fin. Nous avons pris un certain retard dans ce qui ne devait pas s’étaler sur un laps de temps aussi long. Le déménagement du site et l’actualité brûlante de ces dernières semaines en sont en grande partie responsables. Cette série qui, en partant d’une suite de vidéos piochées parmi les milliers produites par l’extrême-droite s’est donné pour objet de les remettre dans leurs contextes selon nos connaissances de la secte d’Alain Soral. Des renseignements et informations que nous avons approfondi durant plusieurs années et que nous n’avons pas fini de balancer ici et ailleurs. Cette petite sociologie des bouffons qui se réconcilient à l’extrême-droite face caméra a finalement pris plus d’espace que nous le pensions.

Les premiers articles ont été écrits de manière peut-être trop décousue mais nous aurons l’occasion de les redécouper, de les republier de manière plus synthétique. Nous reviendrons par la suite sur chaque aspect abordé. Cet article récapitule les parties précédentes et termine rapidement le cas de Serge Ayoub, il semblerait que nous ayons malencontreusement cassé le jouet de certains « antifascistes ».

Petite étude de la secte Égalité et Réconciliation de Soral

Revenons-en donc à notre propos sur Alain Soral et ses bouffons réconciliés. Dans une première partie sur Soral, internet et l’argent, nous avions d’abord expliqué quelques principes de ce que l’on appelle « confusionnisme » notamment via internet qui est aujourd’hui l’un des principaux vecteur d’information mais aussi un terrain privilégié de la guerre pour l’hégémonie culturelle. Puis nous avions expliqué en quoi Égalité et Réconciliation est comparable en tout point à une secte au fonctionnement totalitaire et à l’aspect totalisant. En quoi son discours est non seulement conspirationniste et fasciste mais aussi un messianisme sur fond de prédication apocalyptique.

100010511_resultat

Dans une seconde partie sur Kim, le nouveau faire-valoir de la secte Soral, nous étions revenu sur deux éléments qui avaient commencés à être développés dans la première partie. À savoir comment la secte politique d’Alain Soral tente de crédibiliser son discours de « réconciliation nationale » de plusieurs manières. En tentant d’approcher et/où d’absorber des personnalités issues de milieux de gauche et de divers mouvements culturels. Ou bien lorsqu’elle échoue en les créant elle-même de toute pièce. Et enfin comment elle tente de décrédibiliser ses adversaires (et surtout les antifascistes) à l’aide d’une part des acteurs que Soral sort de son chapeau ou via un discours doctrinal de la secte agrémenté de quelques mensonges que les cerveaux bousillés par la « dissidence » n’iront pas vérifier. L’article faisait un bref historique du milieu dont était issu Kim, un individu mythomane récemment recyclé. Nous revenions sur la vidéo où il évoquait son « éveil » par la secte et son gourou et la manière dont lui et son ami étaient totalement aliénés.

Judith Bernard et Etienne Chouard cherchent une hégémonie culturelle

Parallèlement à la petite sociologie des bas-de-plafonds nous avions fait une disgression, Qu’est-ce qui se trouve entre Arrêt sur Image et E&R ?. Il s’agissait de revenir sur Nicolas   de  Neef, jeune professionnel de la communication qui a décidé de se consacrer à la diffusion de la pensée de son maître.  Nous avons estimé intéressant d’insister sur son passage chez @rrêt sur Image et sur le confusionnisme de ce site et de ses employés. Ces journalistes embauchés par Schneidermann dont  plusieurs  militantes actrices de l’extrême-droite comme Maja Neskovic où Judith Bernard qui  milite à la foi au Front de Gauche mais aussi avec Étienne  Chouard, le Cercle des Volontaires et la sphère complotiste…

57557_101420663258923_100001729683330_9427_1426697_o_resultat

Dans une troisième partie Boneheads, survivalisme et convergences antisémites, il était question de Serge « Batskin » Ayoub et de la situation bancale qui l’avait obligé à se mettre au service de Soral après la dissolution de ses organisations. Nous revenions sur un aspect de la secte Égalité et Réconciliation, lui aussi abordé dans la première partie, le survivalisme. L’article revient plus en détail sur cet intérêt pour le survivalisme de la secte Égalité et Réconciliation et la manière dont il a été intégré via Jean-Michel Dubois alias Michel Drac et Piero Falotti alias Piero San Giorgio. L’occasion de dire que cette série a été précédée d’un article spécifique intitulé Survivre à la connerie (du Ku Klux Klan à Égalité et Réconciliation) sur les origines de ces pratiques dans les réseaux anticommunistes de l’après guerre et reprisent plus tard chez les néo-nazis américains avant de finir par se refaire une santé chez Soral.

Nous avons aussi parlé des modes de raisonnements auxquels ont recours ces individus ainsi qu’à leurs efforts pour occuper l’espace médiatique. Nous avions évoqué les méthodes que ces individus emploient quand il s’agit de désigner une cible et de s’en prendre à elle. Ce point nous avait amené à mettre en lumière les amitiés d’Alain Soral et de sa secte avec un militant historique de l’extrême-droite conspirationniste et antisémite, Emmanuel Ratier. Et nous avions finit en disant tout simplement que Serge Ayoub n’était qu’une marionnette dans cette comédie.

Le vieux Serge et toute la merde qu’il a agglomérée en quelques années étant dans les faits (re)devenu une sorte d’épouvantail bien pratique pour dénoncer la « peste brune » à toutes les sauces, il reste aujourd’hui encore hors-de-question pour certain.e.s de laisser dire des choses comme celles contenues dans cet articles. Car malgré son comportement caricatural, certains on fait de lui un dirigeant politique qu’ils essayent de nous présenter à la foi comme conséquent  intellectuellement et comme dangereux militairement. Ceux-ci préfèrent prétendre nous démontrer de manière éclatante que Serge Ayoub est un homme de réseau et un « danger pour la république« .  Serge Ayoub serait une menace qui pèse sur la démocratie et dont on devrait à tout prix s’inquiéter, il sert à  présent d’incarnation d’un potentiel retour aux « heures les plus sombres  de notre histoire« . Tout ceci  est assez éloigné de la réalité. Serge Ayoub a en réalité été victime de sa propre connerie et de celle qu’il génère chez ceux qui le suivent. N’ayons pas peur des mots et rajoutons-en même une couche, Batskin c’est du pipi de chat…

Il se trouve que ces articles ne reposent pas sur des approximations mais bien sur un travail d’information sur le long terme. Ils n’ont pas été écrits par les derniers observateurs venus et il n’est pas question de raconter des salades en appelant à un front commun ou à de bons sentiments pour aller dans le sens du vent. Il se trouve que l’antifascisme est régulièrement confronté à des individus et des groupes dont le principal souci est la reconnaissance où les prochaines échéances électorales et donc qui obéissent à des logiques de représentation par lesquelles nous ne nous sentons pas concernés. Ce site ne s’adresse définitivement pas non-plus à ces vieux militants associatifs pour qui l’antifascisme consiste à se mobiliser contre le « F-Haine » à grand renfort de sandwichs aux merguez et de sono qui crachent du « Motivé« , le tout en fermant les yeux sur des discours « de gôche » qui n’ont rien à envier à celui de l’extrême-droite.

Serge Ayoub n’est pas ce que certains ont voulu en faire. Depuis l’affaire Clément Méric il est au fond du trou et désespère d’en sortir. Même si il est vrai que le sulfureux skinhead a pu s’offrir quelques passages sur les plateaux de télévision et une interview en costume de mariage par BFM-TV, il s’est rapidement retrouvé seul dans son studio avec une production de qualité pour le moins médiocre et inintéressante. C’est un peu l’histoire de la cigale et de la fourmi. Le vieux skinhead, qui s’est foutu de la gueule du monde et surtout de celle de Soral, est aujourd’hui sur le point de retourner dans le néant, réduit à mendier et à se renier pour continuer à exister.

Serge Ayoub, ayant frimé
Toute l’année,
Se trouva fort dépourvu
Quand les ennuis furent venus.
Pas un seul petit euro
D’économie ni de fifèle dévot.
Il alla crier famine
Chez la « dissidence » sa voisine,
La priant de lui accorder
Quelques biscuits pour subsister
Jusqu’à des temps plus clements.
Je me soumet, fit-il serment,
Jusqu’à l’effondrement, foi d’bas-du-front,
Confusion et « réconciliation ».
Alain Soral n’est pas prêteur
C’est là son moindre défaut.
Que faisais-tu quand c’était chaud ?
Dit-il à cet emprunteur.
Nuit et jour à tout venant
J’éructais, ne vous déplaise.
Tu éructais ? j’en suis fort aise :
Et bien ! Survis maintenant.

Jean de la Foutaise 

Décembre 2014

 

Serge Ayou dans son salon réconciliation

Serge Ayou dans son salon métapolitique

Batskin est dans la merde

Dans ce  contexte il ne suffit pas au vieux Serge pour se faire bien voir  d’appeler à signer une pétition contre Haziza. Ni non plus de commenter  le livre de ce dernier qu’il rebaptise « Survol au dessus d’une fiche de police » en adoptant un tutoiement méprisant et en présentant son auteur comme un « procureur soviétique des grandes purges » où un « officier de police au cheveux gras« . La comparaison aurait pu tenir la route si la critique ne reposait pas sur des anecdotes  concernant la famille du journaliste  fournies par Emmanuel Ratier. Si  le livre de Frédéric Haziza est une vraie daube et ses sources pour certaines effectivement policières, il ne s’agit aucunement  de ce que décrit Ayoub. Du point de vue de la lutte contre l’extrême-droite c’est un coup d’épée dans l’eau et ceux qui sont visés le savent. De leur point de vue c’est une aubaine et ils n’en attendaient pas moins de la part d’Haziza. Batskin dont le raisonnement, malgré tout l’enrobage qu’il y ajoute, excède rarement celui d’une huitre répond aux comparaisons d’Haziza par d’autres comparaisons. On a beau rejeter de jeu des comparaisons fumeuses qui a cours dans un camp comme dans l’autre, on ne peut que sourire en entendant celle-ci… Emmanuel Ratier dont les recherches et les méthodes de flics servent de bases à ce propos n’a pour sa part rien à envier, aux commissaires politiques qui sévissaient en Union Soviétique dans la mesure où il se réclame ouvertement comme étant le continuateur d’antisémites compulsifs qui furent d’ardents collaborateurs du régime de Vichy…

 

Tout ceci ne suffit certainement pas aux yeux du nouveau maître de Serge Ayoub qui vas lui infliger quelques petites épreuves. Après avoir mis en scène « l’éveil » de Kim le mythomane au sein de sa secte Égalité et Réconciliation, le gourou Alain Soral vas s’offrir le plaisir de sortir le vieux « Batskin » de son chapeau pour parfaire sa parodie de « réconciliation ». Une récupération du vieux skinhead pas si inattendue si l’on considère la chronologie mise en perspective dans les précédents articles. Mais quand même amusante si l’on prend en compte le fait que Serge Ayoub avait pris la peine en 2009 de réaliser un DVD auto-promotionnel pour faire parler de lui et répondre à… Kim.

 

Dans cette vidéo, où il explique entre autre qu’il faut être ému par la mort du néo-nazi Sébastien Deyzieu qui s’opposait d’après lui à « l’occupation américaine qui dure depuis 1945« , et où il cite Carl Schmitt (juriste catholique de la Jungkonservativen, théoricien de la « guerre préventive » qui, à partir de 1933 sera acquis corps et âme au nazisme et restera après guerre un soutien indéfectible du régime de Franco) Ayoub enfile une nouvelle foi son costume de Batskin pour pardonner Kim et se réconcilier docilement, obéïssant ainsi aux volonté de son nouveau maître.

 

Le tout   est filmé par Égalité et Réconciliation. Au niveau de la qualité on ne  peut pas nier que cela tranche d’un Serge Ayoub pixelisé dans sa  cuisine.

 

« Je suis un combattant politique, je combat mon ennemi. Ceux qui ne le sont plus, ne le sont plus« . 

Serge Ayoub « réconcilié »

Ayoub avant la Réconciliation

Avant la « réconciliation »

Ayoub après la réconciliation

Après la « réconciliation »

 

Lire les articles précédents :
Liberté pour Tomás Elgorriaga Kunze
Liberté pour Tomás Elgorriaga Kunze

Fin Octobre, Tomás Elgorriaga Kunze, un basque de 51 ans qui vit à Freiburg a été arrêté à Mannheim ....

Fermer