La réhabilitation de l’État, le revenu garanti et tutti quanti.

Deux textes qui reviennent sur la réhabilitation de l'État chez certains gauchistes, le revenu garanti etc etc...

Bourdieu réhabilite l'État

La réhabilitation de l’État chez les gauchistes

L’une des constantes dans les derniers mouvements sociaux en France fut de se tourner vers l’Etat comme solution aux problèmes soulevés. Au-delà des limites que posent des revendications qui s’adressent à un Etat qui est lui-même au cœur du dispositif dénoncé (privatisations, flexibilité, déréglementation, précarisation), ce qui nous intéresse ici est la posture de la gauche autoproclamée radicale, parfois influente dans ces mouvements. En effet, elle ne se contente plus de cautionner un Etat-providence (pour qui ?) moribond, mais procède à une véritable réhabilitation du rôle de ce dernier. Qu’il s’agisse des forces syndicales (SUD, CGT, AC) ou de ses théoriciens (Bourdieu, Gorz, Moulier-Boutang,…), on assiste à l’émergence d’une théorie de l’Etat qui tente de lui trouver un nouvel espace au sein du capitalisme triomphant. Deux exemples avec le mouvement dans les services publics en novembre-décembre 1995 et celui des précairEs fin 1997 début 1998.

Bourdieu et l’Etat

« Je suis ici pour dire notre soutien à tous ceux qui luttent, depuis trois semaines, contre la destruction d’une civilisation, associée à l’existence du service public, celle de l’égalité républicaine des droits, droits à l’éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l’art, et, par dessus tout, au travail » P. Bourdieu (1)

Pour le nouveau pape de la théorie critique, l’Etat n’est pas seulement le garant de droits sociaux qu’il énumère volontiers, il est aussi associé au statut de civilisation ! En intervenant du haut de sa chaire du Collège de France, rendant visite ici ou là aux « travailleurs en lutte » qu’il prend soin de sélectionner en fonction des retombées médiatiques, Bourdieu vient ainsi énoncer les canons du néo-gauchisme.

Il s’agit de défendre une vision de l’Etat contre une autre, une civilisation contre une autre. En somme, un bon Etat social et républicain face à l’Etat libéral et élitiste, la civilisation du travail face à celle du chômage. Le gentil monstre face au méchant, comme si l’Etat ne jouait pas sur les deux tableaux, les miettes du RMI avec le contrôle social, l’idée de services publics, mais intégrés à la logique du marché, les subventions dans les cités accompagnées de BAC armés jusqu’aux dents…

Les droits que Bourdieu met en avant, il feint d’oublier qu’ils furent acquis à force de luttes, conquis parfois face aux canons et aux fusils de ce même Etat républicain qu’il défend aujourd’hui. Et lorsqu’ils furent octroyés sans lutte, c’est qu’ils correspondaient à une demande du patronat (pour fixer la main d’œuvre ou pour obtenir une meilleure productivité). La réduction du temps de travail avec les 35 heures est un exemple plus récent de l’acceptation par le patronat de lois dites « sociales » pour en fait les mettre au service de l’entreprise, donc des profits. Dans la même logique néo-gauchiste, Bourdieu prône le maintien de ces droits non pas par une prolongation de ces mêmes mouvements sociaux, mais d’abord par une pression sur les tenants du pouvoir.

Le rapport de force permanent ne serait plus à exercer contre le Capital afin d’abolir l’Etat et le salariat (2). Il s’agirait désormais de se situer à l’intérieur du rapport capital/travail afin de le modifier par le biais du pouvoir étatique. Cette confiance aveugle dans ce pouvoir, qui nie toute autonomie et toute subjectivité propre au mouvement collectif des exploités (travailleurs annualisés et flexibilisés, intermittents du salariat ou précairEs en tous genres, avec ou sans papiers), est un des fondements de la théorie réformiste : il ne s’agit pas d’attaquer l’ennemi au cœur, mais plus vainement d’améliorer la situation présente par le biais d’un médiateur universel et théoriquement neutre (sinon est-ce encore un médiateur?) : l’Etat (3).

travailleurs précaires

Bourdieu va plus loin encore puisque la défense de l’Etat, cet acquis essentiel des travailleurs, devient une priorité : « dans l’état actuel, les luttes critiques des intellectuels, des syndicats, des associations, doivent se porter en priorité contre le dépérissement de l’Etat » (4). Cette civilisation du travail (salarié bien sûr), cet Etat protecteur des droits « universels », horizon indépassable des luttes contemporaines, ne sont pas à achever, mais bien à contrôler et à défendre ! Car non seulement l’Etat est vu comme le médiateur indispensable, pas de démocratie directe ou d’antagonisme de classe, mais de plus il est présenté comme le possible représentant des intérêts des travailleurs ou autres précairEs.

C’est oublier un peu vite non seulement son rôle historique tant dans le développement du capitalisme et sa pérennité (Etat-providence) que dans la répression des mouvements sociaux. L’exemple des spartakistes allemands écrasés en 1919 par un Etat dirigé par des sociaux-démocrates est à cet égard significatif, tout comme son rôle actuel en Chine pour imposer un capitalisme des plus sauvages. Et même un Bourdieu pourrait se rendre compte de la fascisation de la société, l’Etat ayant pour fonction principale aujourd’hui d’assurer la paix sociale après avoir favorisé l’industrialisation puis aidé les entreprises nationales à se battre contre la concurrence « étrangère » (même le parti communiste y était allé de son couplet avec le magnifique « roulons français » pour soutenir Renault).

De plus en plus de personnes échappant à l’emprise directe du Capital du fait d’une mise au salariat restreinte dans les pays riches, l’Etat se charge à la fois de calmer cette masse de précairEs par un système d’allocations restrictives (du fait du contrôle social qui va avec et du découpage des droits sociaux en tranches selon le principe des populations-cibles) et de les réprimer préventivement : vidéo-surveillance, multiplication des polices parallèles (agents municipaux, vigiles, grands frères, contrôleurs, travailleurs sociaux… souvent composées d’anciens précairEs, des cités ou d’ailleurs), fichages plus conséquents (interconnexion fichiers sécu-impôts, informatisation du carnet de santé, fichage des sans-papiers, création du STIC (fichier qui conserve sur 40 ans les procès-verbaux de police), carte d’identité Pasqua désormais gratuite qui enregistre les empreintes digitales) et quadrillage permanent de la population à coup de simples patrouilles, de BAC ou de militaires grâce à Vichy-pirate,…

Tel est le rôle de l’Etat en Europe (quant aux Etats-Unis, c’est déjà un Etat carcéral) et croire qu’il puisse être neutre et servir les dominés est assurément un des mythes entretenu par le néo-gauchisme.

capitalisme précarisation

Le mouvement de novembre-décembre 1995

Dans cette logique bourdivine d’un Etat arbitre des conflits et garant des droits sociaux, les animateurs du mouvement social de novembre-décembre 1995 se sont trouvés face à l’alternative suivante : se constituer en sujet autonome pour revendiquer et construire par la force du mouvement collectif de nouvelles utopies ou quémander une nouvelle fois à l’Etat des miettes du gâteau, le menacer de ne plus travailler si les maigres droits liés à ce travail (comme la retraite) étaient revus à la baisse. L’intérêt d’analyser ce mouvement, c’est que lorsque l’Etat est lui-même l’employeur, les contradictions dénoncées plus haut apparaissent plus clairement.

Les salariés en grève se battaient d’abord pour que Juppé, premier ministre, retire son plan de réforme de la sécurité sociale qui prévoyait notamment l’augmentation de la durée des cotisations (soit le nombre d’annuités de travail pour une retraite pleine qui passerait de 37,5 à 40), la suppression des régimes spéciaux et des mesures d’économies au niveau des soins. A cela, s’ajoutait le plan Etat-SNCF qui préfigurait une privatisation partielle de cette entreprise et une mobilisation dans des Universités à la fois pour obtenir plus de moyens pour former de bons esclaves salariés et sur des thèmes plus généraux (comme les étudiants étrangers).

La plupart du temps, la justification politique des grévistes fut celle exprimée par Bourdieu et les néo-gauchistes, celle du « droit à.… » (suivant en cela le DAL, Droit au Logement ou AC!, apparus quelques années avant). Or, enfermer ses revendications en termes de droits (au travail, à la santé, à l’éducation, à la retraite comme ceci ou cela,…), c’est s’abriter sous la coupe de l’Etat pour qu’il consente à notifier aujourd’hui sur un bout de papier ce qu’il violera dès demain avec l’arrogance et le cynisme qui le caractérisent. Les salariés manifestaient au rythme des syndicats (par grandes journées d’action) pour la notion de service public et contre les privatisations – la SNCF servant d’exemple – et aujourd’hui l’Etat, quatre ans après, dirigé par une alliance, qui comprend le parti communiste et les Verts, privatise totalement ou partiellement à tour de bras : fonds de pension qui mettent à mal les retraites défendues alors, Air France, EDF et les Caisses d’épargne (ouverts à la concurrence), France Telecom, Crédit Lyonnais, Thomson… sans compter que dans les faits le nombre de contrats de droit privé, de sous-traitance et de sous-statuts se multiplient.

Le « droit à » n’est en effet qu’une construction théorique qui rentre dans le cadre d’une reconnaissance d’un Etat qui accorderait ce à quoi chacunE à droit en échange de devoirs fixés unilatéralement, de l’abdication permanente de sa propre souveraineté : des droits individuels et sa liberté jusqu’au contrôle de l’entreprise par les salariés et les usagers. Face à cette logique de droits quémandés et garantis par l’ennemi et son instrument, ne peut-on pas à l’inverse opposer celle de l’appropriation directe et collective des moyens de vivre (logements (5), nourriture, fringues, transport,…) et surtout de la production ?

Bien sûr, le mouvement social de 1995 s’est d’abord concentré sur l’Etat pour lui opposer une autre façon de voir (bien vague comme la défense des services publics, l’opposition au « néo-libéralisme« ), puisqu’il s’agissait de réagir à une nouvelle offensive du Capital via le plan Juppé. Mais n’est-ce pas dans l’affirmation collective d’un rapport de force que les dominéEs sont le plus à même de remettre en question le plus fondamentalement le monde dans lequel ils vivent ? Si un mouvement social ou une grève part en général de soi, c’est-à-dire de revendications immédiates et restreintes, c’est pourtant la force du collectif qui lui permet de dépasser ces points pour aboutir sinon à repenser la société, au moins à radicaliser les revendications pour leur donner une portée générale. En ce sens, le « droit à » qui ne parvient pas à être dépassé, les luttes défensives qui ne parviennent pas à donner un sens supérieur à ce qu’elles sont censées défendre retournent piteusement à leurs limites initiales (6).

La question des transports publics

Face à cette tentative de replâtrer un Etat-providence déliquescent en le suppliant d’être ce qu’il ne peut pas, n’y avait-il pas de place pour d’autres horizons ?

Prenons la question du transport avec le poids des cheminots dans ce mouvement. La revendication principale était la défense du service public tel qu’il devrait être. Or le problème est que se limiter d’emblée à penser le service public dans le carcan étatique, c’est s’interdire de fait de penser la notion de service public. Car qu’en est-il d’un moyen de transport où l’argent sélectionne les individuEs qui peuvent se déplacer, les trie en classes, où le temps devient le critère principal de l’organisation du réseau ferroviaire (le culte de la vitesse s’exprime avec le TGV par exemple ou le TAV en Italie) et de la liaison entre grandes agglomérations ?

Une idée est pourtant souvent avancée pour contrer cette façon de voir, c’est celle de la gratuité, qui remet en cause la marchandisation du transport (mais ni son organisation, ni son fonctionnement). A condition qu’elle soit totale – et non pas réservée aux seuls pauvres comme le réclament plusieurs associations –, la gratuité pourrait remettre en cause de façon plus fondamentale la SNCF et surtout dépasser la question du statut des cheminots. Cependant, tant que ce n’est pas l’ensemble de la fonction du rail et son organisation qui est en cause, cette revendication n’est pas à même de bouleverser l’ordre capitaliste en la matière (une ville comme Compiègne a déjà rendu gratuit son service de bus pour amener plus de consommateurs en centre-ville).

L’autre point qui pourrait amener une rupture concerne l’organisation même des transports collectifs. Il n’est en effet jamais question pour les salariés de se saisir de l’entreprise dans laquelle ils travaillent en interdisant de locaux les cadres et autres petits-chefs pour la mettre en autogestion. Des expériences furent pourtant tentées, sans remonter aux conseils ouvriers ou à l’Espagne de 1936-37, en France en 1944 à Renault par exemple. Ceci s’explique d’une part par le rôle des syndicats, co-gestionnaires de fait des entreprises publiques, d’autre part par des décennies de défaites qui permettent de considérer le maintien des acquis comme une victoire au détriment de l’imagination sur d’autres façons d’agir (l’action directe, le sabotage) et de fonctionner dans l’entreprise.

La notion de service public, mise en avant, est donc rarement interrogée pour penser par exemple qu’un service public soit une entreprise autogérée par les travailleurs et les usagers eux-mêmes afin de lier production et usage de cette production. De même, la gratuité, puisqu’il s’agit théoriquement d’un « droit à » (celui de se déplacer librement), est rarement sinon mise en application au moins avancée comme perspective. En pratique, les travailleurs délèguent à des syndicats (même si l’assemblée générale s’est imposée comme mode d’organisation de la grève, sous la pression de la base et pour casser l’émergence de coordinations, qui étaient le mode émergent de la fin des années 80 (7)) qui négocient avec une direction choisie par l’Etat, dans le cadre fixé par un Etat lui-même soumis aux lois du marché.

Qu’il s’agisse de la question du pouvoir dans l’entreprise ou de celle de l’usage réel des biens et services produits par l’entreprise, le développement d’un mouvement social qui se cantonne au cadre étatique sans le dépasser – cautionné qui plus est par une kyrielle « d’intellectuels critiques » – risque donc fort de déboucher sur l’impasse de celui de fin 1995: faire abandonner ponctuellement à l’Etat des dispositifs sans remettre en cause structurellement ni son rôle dans le processus décrié, ni son terrain (qui est celui du Capital). En se posant dans une logique de revendications puis de négociations avec l’Etat, les travailleurs ne parviennent alors à obtenir que ce qu’ils posaient au départ comme limites maximales, l’abandon de mesures certes néfastes mais décidées dans un contexte sur lequel ils se refusaient dès lors à avoir prise.

Ce processus est encore plus flagrant avec le mouvement des chômeurs et précairEs de fin 1997-début 1998 car l’Etat n’était par définition ni l’employeur ni l’interlocuteur évident des acteurs de ce mouvement. Et pourtant, le « droit à » s’est exprimé largement. Mieux même, il a été théorisé sous forme de revenu garanti par les néo-gauchistes. Alors que les salariés du mouvement de 1995 pouvaient se conformer au modèle en place – celui qui cède sa place à un libéralisme qui désormais peut se passer du contrôle étatique de service public – et n’avaient pas forcément la force d’envisager une autre voie qui préserverait le service public en se passant de l’Etat, les précairEs et chômeur-ses en colère partaient de rien ou si peu. Face à l’Etat et aux organismes sociaux, face aux magasins pleins, ils pouvaient développer leur mouvement sur leurs seules bases.

Et pourtant ce ne fut pas le cas. Si fin 1995, des Bourdieu et une liste de pétitionnaires (8) ont pu conforter les salariés (face à l’arrogance de Juppé, il pouvait leur sembler important que des « intellectuels » affirment dans les médias qu’ils n’étaient ni archaïques ni privilégiés) dans la défense d’un service public étatique, fin 1997 les théoriciens néo-gauchistes ont eu un rôle plus important avec le revenu garanti : ils ont remis l’Etat dans le circuit, là où il avait disparu.

précarisation capitaliste

 

Le mouvement des précairEs : réclamer des miettes

« Vous êtes le Premier Ministre d’une Gauche plurielle, et vous en êtes fier : vous nous l’avez dit lorsque vous nous avez reçus. Nous attendons que vous preniez les décisions qui s’imposent »
H. Constancias (MNCP), F. Desanti (CGT), R. Dethyre (APEIS), C. Villiers (AC !) le 20 janvier 1998

Contrairement au mouvement de novembre-décembre 1995, le mouvement des précairEs se place rapidement dans une perspective offensive. Même s’il démarre timidement en réaction à la diminution de l’Allocation Formation Reclassement (AFR) de 40 % en septembre 1997, il prend de l’ampleur à la fin de l’année autour de l’idée fédératrice d’une prime de 3.000 francs pour Noël et l’augmentation des minima sociaux de 1.500 francs. La première partie étant portée au départ par les comités privés d’emploi de la CGT dans les Bouches-du-Rhône et le Nord, la seconde par les syndicats de chômeurs. Une partie de la masse des précairEs entame alors un mouvement d’occupations (Assedic, ANPE, patronat, locaux du PS et centres de décision officiels comme la Bourse du commerce, le Crédit Lyonnais, les gestionnaires HLM,…) afin de voir ses revendications satisfaites.

La différence essentielle de ce mouvement social avec le précédent évoqué plus haut, c’est qu’il ne s’oppose pas à une série de mesures ponctuelles et qu’il pose comme revendication principale son niveau de vie, un niveau qu’il chiffre. Le bras de fer avec l’Etat va donc dès lors porter sur une querelle de chiffres avec un calendrier dérisoire (Noël (9)) destiné à motiver les troupes. Toutes les énergies se focalisent sur cet unique rapport de force : combien de millions allons-nous arracher à l’Etat et quand ?

L’enjeu est donc rapidement défini et les syndicats de chômeurs auront beau jeu de décréter la fin du mouvement une fois que les miettes auront été jugées suffisantes. La forme est connue et expérimentée depuis longtemps par les syndicats de travailleurs : un rapport de force pour engranger un peu d’argent puis cesser la grève, au besoin en y contraignant les gens. Lorsque ceux-ci ne sont pas d’accord comme ce fut assurément le cas avec les précairEs, on invoque la répression policière (réelle) et surtout on réoriente les revendications.

Suite au milliard lâché par le gouvernement Jospin début janvier 1998, c’est la loi sur la réduction du temps de travail et celle sur l’exclusion qu’ils placent au centre des revendications. Les choses rentrent alors dans l’ordre, cet hiver-là n’ayant servi qu’à accepter l’aumône de Jospin et à appuyer les lois que le PS faisait voter. Rarement, on aura quitté le terrain de l’Etat (des sous, des sous !), ses échéances (des manifestations rythmées par les annonces gouvernementales) et ses limites, décrites précédemment.

La perspective du revenu garanti

Et pourtant, un slogan qui n’est nouveau que par son appropriation par la majeure partie du mouvement, fut  » un emploi c’est un droit, un revenu c’est un dû « . La question du revenu garanti est ainsi devenue non pas centrale mais comme le résultat d’un travail de longue haleine (voir le collectif Cash en 1987 (10) ou Cargo dans les années 90) qui aboutit dans ce mouvement comme possible dépassement de la prime de 3.000 francs et de l’augmentation des minima sociaux. Cependant, loin de constituer ce dépassement, elle en constitue au contraire l’extrême limite.

En effet, si elle a le mérite immédiat d’aller plus loin que le versement ponctuel d’une somme d’argent précise, elle reste embourbée sur le terrain étatique. Car qui garantirait ce revenu réclamé ? L’Etat bien sûr ! A travers cette revendication, c’est l’institutionnalisation de la misère qui pointe ainsi son nez : on ne s’intéresse pas aux conditions du travail salarié pas plus qu’à ses fins, ni au travail comme marchandise, ni au productivisme (et son corollaire, la consommation), ni à l’argent comme médiateur des rapports sociaux 11, ni aux conditions de production de la richesse à l’échelle du pays (l’impérialisme et la surexploitation des travailleurs du Sud12 ). Il s’agit simplement de permettre à chacunE en France de disposer d’une plus grande somme d’argent pour consommer.

Et ceci a un prix, très lourd, qui est le renforcement du poids de l’Etat sur chacunE, même si ce revenu est octroyé sans contrepartie13. C’est aussi une façon habile de le réhabiliter et lui redonnant un rôle de redistributeur de richesses. Y. Moulier-Boutang, l’un des théoriciens du revenu garanti (sa proximité avec la mouvance autonome au début des années 80 fait aujourd’hui plus que sourire), ne s’y trompe pas en expliquant par exemple que « seul le revenu garanti est un facteur de création d’emplois normaux » ou qu’il s’agirait d’ « un choc salutaire augmentant le revenu disponible des ménages qui dépensent » (14) !

Il s’inscrit ainsi délibérément dans l’optique réformiste du keynésianisme qui fait de l’Etat un acteur central de l’économie et qui partage la politique entre la droite et la gauche. Dans son univers étriqué, il n’y a pas de classes antagonistes mais une droite et une gauche où se retrouvent toutes les classes et qui s’affrontent pour le contrôle de l’Etat afin d’orienter un peu plus son action vers ceci ou cela, sans jamais toucher au fond bien sûr.

Ses perspectives, dans le cadre de la gauche, sont dès lors claires puisqu’il s’agit de montrer qu’une bonne gauche doit se saisir du revenu garanti pour assurer sa pérennité : « si la gauche veut réussir à transformer le travail, à redéfinir le législation du travail, à le répartir autrement, à retrouver les chemins du développement, elle devra en passer par là. Nous ne lui demandons pas de forger l’impossible de toutes pièces » (15). Et certes, si la survie du PS est à ce prix, il s’y pliera volontiers avec l’aide de cet économiste repu. L’impossible pour Moulier-Boutang, professeur à Sciences-Po, ce serait plutôt de mordre la main du maître qui lui donne la pâtée…

précaires

Gorz travail et patrie

Un autre théoricien est ressorti des placards pour vendre sa soupe garantie. Le journal Occupation paru en janvier 1998 pendant le mouvement des chômeurs-ES et précairEs nous cite même des extraits de son dernier livre. Il s’agit d’André Gorz qui dès 1980 faisait ses Adieux au prolétariat (titre de son bouquin d’alors). Examinons donc d’un peu plus près les positions de ce nouveau converti du revenu garanti inconditionnel. En 1995, Gorz expliquait ainsi son opposition à cette réformette : « quelle que soit l’importance du minimum garanti, il ne change rien au fait que la société n’attend rien de moi, donc me dénie la réalité d’individu social en général. Elle me verse une allocation sans rien demander, donc sans me conférer de droit sur elle« .

Cet apôtre du travail salarié, non seulement confond société et Etat (avec son couple mortifère droits/devoirs) mais en plus fait rentrer précisément le salariat comme une des obligations que nous avons à son égard : « droit au travail, devoir de travailler et droit de citoyenneté sont inextricablement liés » ou « l’aspect essentiel de l’obligation de travail en échange d’un plein revenu garanti, c’est que cette obligation fonde le droit correspondant : en obligeant les individus à produire par leur travail le revenu qui leur est garanti, la société s’oblige à leur garantir la possibilité de travailler, et leur donne le droit de l’exiger » (16). Le salariat comme facteur de citoyenneté, soit comme porteur de droits et de devoirs (celui de se faire exploiter bien entendu), voilà une rhétorique vieille comme le capitalisme. Travaillez, vendez votre force de travail et ensuite seulement vous pourrez parler, exiger, vivre. Le salariat comme libération de l’individuE, il fallait y (re)-penser !

Plus récemment, Gorz a remanié son fond de marmite pour accepter l’idée d’un revenu garanti. Mais l’essentiel ne change pas puisqu’il n’est pas question de supprimer le salariat ou l’Etat mais plutôt d’offrir un revenu à chacunE contre sa domestication. Il s’agit en quelque sorte de les intégrer en dehors des périodes de salariat, comme si le capitalisme excluait qui que ce soit (au contraire, il assigne à tous un rôle dans le système d’exploitation). Gorz prône désormais un revenu garanti suffisant et inconditionnel, une redistribution du temps de travail et le fait de favoriser de nouveaux modes de coopération et d’échange, le tout sous l’étiquette de « réformes révolutionnaires » ! Son argumentation est limpide : « l’allocation universelle et inconditionnelle d’un revenu de base cumulable avec le revenu d’un travail, est … le meilleur levier pour redistribuer aussi largement que possible à la fois le travail rémunéré et les activités non rémunérées » (17).

De même, la redistribution du temps de travail n’est pour lui qu’une façon de calmer l’armée de réserve des chômeurs et précairEs puisque le salariat reste le référent incontournable de sa pensée, malgré ses dénégations. Il est en effet question d’amortir les périodes hors emploi en permettant aux individuEs de continuer de consommer et donc de s’épanouir, le tout présenté comme une… liberté nouvelle. Grâce à Gorz, on sera « en droit de travailler de façon intermittente et de mener une vie multiactive dans laquelle travail professionnel et activités non rémunérées se relaient et se complètent » (18).

La cerise sur le gâteau indigeste de ce travailliste new look, c’est qu’en plus d’aménager un revenu garanti comme complément au salariat, il ramène l’Etat pour lier l’ensemble. Car s’il n’est pas question d’abolir le salariat, l’argent ou quoi que ce soit de vital pour le Capital, l’Etat ne saurait être en reste et le grand replâtrage de Gorz s’achève par lui. Tout son système de pensée unique (gauchiste) suppose ainsi « que la société produise un “surplus économique” accumulable, donc qu’il subsiste une monnaie équivalent universel, des règles connues, acceptées et applicables à tous, donc un droit, un appareil du droit, un organe de coordination et de péréquation, bref ce qu’on appelle un Etat » (19).

Feinte-dissidence et Etat tout puissant

Avec Gorz comme avec Moulier-Boutang, les limites du revenu garanti apparaissent de manière flagrante avec l’absence de remise en cause des bases du système capitaliste (travail-marchandise, argent, Etat). D’autres encore pourraient tenter de théoriser cette revendication mais le profond réformisme de cette mesure, qui peut tout juste servir à un gouvernement pour rebondir en cas de mouvement social trop puissant, ne peut en aucun cas servir de dépassement du système qui assujettit aussi bien les salariés que les chômeurs-ES et précairEs. Or, c’est précisément la force (et la crainte pour les dominants) d’un mouvement social que d’être capable de subvertir l’ordre social. Présenter dès lors le revenu garanti dans ce cadre relève au mieux de la naïveté, au pire de la manipulation. Car faire croire qu’un ersatz de capitalisme, un système réformé, pourra offrir plus de liberté ou tout simplement des conditions d’existence « décentes » c’est soit se leurrer sur les possibilités d’adaptation et de récupération du Capital (20), soit se servir des révoltes collectives pour les mettre directement au service des dominants relookés monopole du cœur.

La kyrielle d’intellectuels, que Janover nomme la feinte-dissidence (21), sert alors dans ce jeu de dupes de caution à un capitalisme qui a plus que jamais besoin de l’Etat pour garantir son fonctionnement, non plus en tant que producteur lui-même, mais en tant que garant de la productivité, à savoir l’asservissement total via un contrôle social généralisé, avec un recours permanent possible aux forces armées. S’adresser à l’Etat directement comme en novembre-décembre 1995 sans dépasser ce cadre ou, plus subtilement, réclamer l’aumône en avançant la perspective d’un salaire social garanti comme fin 1997-début 1998 revient ainsi à s’enfermer dans la logique qu’on décrie à grands renforts médiatiques sous le terme de « néo-libéralisme« .

Face à ce replâtrage jamais achevé, il existe pourtant d’autres possibilités, à chaque fois évoquées et quelques fois tentées, celles du rapport de force direct avec le Capital : de l’appropriation directe des moyens de production (comme les quelques sabotages à EDF en novembre-décembre 1995 et le refus des coupures) à la réappropriation (pillages plus ou moins organisés fin 97-début 98), en passant par la gratuité. Mais il est vrai que ces formes d’action présenteraient l’inconvénient de la radicalité et de l’autonomie des acteurs du mouvement social, ce qui ne serait guère du goût d’un Etat dont on se passerait, ni celui des syndicats et des intellectuels autoproclamés, dont la raison d’être commune est précisément de montrer la voie à suivre.

Théodore, le 31.3.98 (lu sur reposito.internetdown.org)

Notes

1. Pierre Bourdieu, intervention à la gare de Lyon en décembre 1995 in Contre-feux, éd. Liber, juillet 1998, p. 30
2. L’abolition du salariat figure en bonne place dans la Charte d’Amiens de la CGT (1906). Cette référence fut précisément supprimée lors du 45e congrès de la CGT début décembre 1995…
3.  » L’Etat est une réalité ambiguë. On ne peut pas se contenter de dire que c’est un instrument au service des dominants. Sans doute l’Etat n’est-il pas complètement neutre, complètement indépendant des dominants, mais il a une autonomie d’autant plus grande qu’il est plus ancien, qu’il est plus fort, qu’il a enregistré dans ses structures des conquêtes sociales plus importantes, etc. « , Pierre Bourdieu en octobre 1996 in Contre-feux, op. cit., p. 39. Le mythe de l’autonomie (relative) de l’Etat est un de ceux qui permet ensuite de le penser comme un possible instrument au service de la classe des exploitéEs et donc de présenter sa conquête comme un objectif révolutionnaire.
4. ibid, p. 46-47
5. L’exemple de l’association Droit au Logement (DAL) est significative puisqu’il ne s’agit pas pour elle de s’approprier directement des logements mais d’occuper des bâtiments pour obtenir ensuite un relogement par l’Etat, suivant un principe de listes gérées par l’association selon le modèle des organismes municipaux.
6. On peut lire l’optique pessimiste sur le sujet : Remarques sur la paralysie de décembre 1995 par l’Encyclopédie des nuisances.
7. De fait, même si des assemblées générales sont organisées par la base, il en sort régulièrement des têtes à même de diriger le mouvement. Deux néo-gauchistes sont éclairants à ce sujet. Christophe Aguiton (membre du bureau politique de la LCR, un des dirigeants de SUD, porte-parole d’AC! et secrétaire général d’ATTAC) et Daniel Bensaïd (membre du bureau politique de la LCR et professeur à l’Université) écrivent ainsi que l’avenir du mouvement social  » ne dépend pas de son seul travail sur lui-même. (…) Il dépend aussi pour une part de la possibilité de voir surgir des interlocuteurs politiques « . De même, le fond politique commun des luttes des dernières années  » permet de fixer un horizon à moyen ou long terme, la formation d’une nouvelle force politique, d’une nouvelle gauche, d’une gauche alternative, d’une “troisième gauche” si l’on veut, dans la gauche et pour changer la gauche, pour traduire les bouleversements intervenus (…) « . In Le retour de la question sociale, éd. Page deux, Lausanne, septembre 1997, p. 44 & 48.
8. Les signataires de la pétition  » Appel des intellectuels en soutien aux grévistes  » se situent d’emblée dans le cadre étatique :  » Nous nous reconnaissons pleinement dans ce mouvement (…) qui est, en fait, une défense des acquis les plus universels de la République.  »
9. Un tract d’AC ! du 25 décembre 1997 est significatif à cet égard (Noël étant passé, on fixe le 1er janvier comme nouvelle vaine échéance). Son en-tête :  » Il reste 6 jours pour imposer le versement des 3000 francs de prime de fin d’année « . Son contenu misérabiliste :  » L’objectif sur lequel convergent les mouvements de chômeurs et de précaires est de faire qu’au moins un mois dans l’année, le revenu des chômeurs et des précaires approche le montant du Smic mensuel que nous voulons voir garanti à chacun « .
10. … qui finit par signer un appel pour un revenu minimum garanti stipulant que chaque bénéficiaire devrait s’engager à ne pas refuser plus de deux offres d’emploi sous peine d’en être exclu. Signalons aussi que ce collectif avait néanmoins portes ouvertes dans une certaine presse radicale. Courant alternatif, journal de l’Organisation communiste libertaire (OCL), titre son n°79 d’octobre 1988  » Pour un revenu minimum garanti égal au Smic  » et publie un article de CASH n°10 (p. 15-17).
11. Le fait de distribuer ainsi de l’argent pour être productif est par exemple développé par Toni Negri :  » le salaire garanti signifie la distribution d’une grande partie du revenu, tout en laissant aux sujets productifs la capacité de dépenser ce revenu pour leur propre reproduction productive  » in Exil, ed. Mille et une Nuits, 1998, p33-34
12. Le revenu garanti pourrait ainsi consister à mieux répartir l’argent dans le seul cadre national des pays riches, argent obtenu à partir de richesses produites dans les tiers-mondes sur une base de surexploitation. Voir Apache n° 12, printemps-été 1998, p. 16
13.  » Comment ne pas voir que le “travail comme droit” renvoie à l’idée du travail obligatoire ; que toute mesure de “revenu garanti” implique la police des assistés, la régulation de la pauvreté par l’Etat ? « , Charles Reeve,  » Revenu garanti, travail forcé et Vigipirate « , Oiseau Tempête n°3, p29.
14. Yann Moulier-Boutang,  » Pour un nouveau New Deal « , paru dans le journal Occupation (janvier 1998, numéro unique) et dans la revue Chimères sous le même titre (p83 & p84).
15. ibid p86
16. André Gorz, Métamorphoses du travail. Quête du sens, Galilée, 1995, p 255, 256 et 261
17. André Gorz, Misères du présent. Richesse du possible, Galilée, 1997, p140-141
18. ibid, p154
19. ibid p176-177
20. Ce qui est, on l’espère pour eux, le cas de deux défenseurs du revenu garanti, qui le considèrent comme  » un instrument de lutte inscrit dans la perspective de court-moyen terme de la dynamique ouverte par les grèves métropolitaines de l’automne 95  » ! Laurent Moineau et Carlo Vercellone croient en effet pouvoir utiliser l’Etat et à l’existence possible d’alternatives au sein du capitalisme qui préfigurent le communisme (!) :  » L’un des contenus stratégiques du revenu de citoyenneté signifie justement le renversement de cette logique de subordination de la production de valeurs d’usage aux valeurs d’échange. Elle correspond donc à la réappropriation du Welfare (…), c’est-à-dire de tous ces mécanismes qui font des institutions de l’Etat-Providence les articulations de la constitution d’un mode de production alternatif au sein du capitalisme, des éléments de la transition au communisme » . In Réduction du temps de travail, revenu garanti. Vers la construction d’un projet de société alternatif, Futur Antérieur n°35-36, L’Harmattan, automne 1996, avant dernier §.
21. Louis Janover, Voyage en feinte-dissidence, Paris-Méditerranée, 1998

 


 

Du revenu garanti et tutti quanti

Un des particularismes actuels du capitalisme est que ses profits sont essentiellement spéculatifs. Ce n’est pas un problème en soi pour le capital : tant que ses profits s’engrangent, il ne voit pas plus loin. Mais la dernière crise boursière asiatique démontre que ce n’est pas sans danger. Et quand Nike déclare que les coûts de production des quatre dragons sont déjà trop élevés, on se demande jusqu’où tout cela peut aller.

La crise actuelle du capital est liée sa restructuration. L’enjeu est de de réussir cette dernière sans créer une instabilité menaçante pour la survie du capitalisme. Pour l’instant la coercition et l’apathie l’ont soutenu, mais il saura en temps voulu utiliser des moyens plus fins. Une chose est sûre : le rôle de l’État comme instrument régalien et essentiellement de maintien de la paix sociale a aujourd’hui toute son acuité.

Au début du capitalisme, l’État a en charge d’étendre les infrastructures dont a besoin le développement du capital. Une de ses contradictions d’alors est de ne pas pouvoir -sauf dans certains cas- prendre en charge ces investissements primaires. Notamment parce que le marché dont il a besoin n’existe pas encore complètement. Tous les développements économiques et techniques seront donc à cette époque liés aux besoins du capital. N’oublions pas que l’État est complètement lié à la bourgeoisie, la position et l’évolution de l’État comme du capital sont donc aussi de la même classe. A cette époque l’État est là pour asseoir la mise en place du capitalisme, la constitution d’une classe homogène et la partition de la société.

Après la crise de 29, le capitalisme trouve son compte dans les thèses keynésiennes et la montée de l’Etat-Providence; avec comme illusion qu’il pourrait être moteur et régulateur du marché et de ses contrtadictions. En fait l’Etat ne peut intervenir que comme souteneur d’un marché (comme dans l’armement quand il rembourse les impayés à Dassault, Matra et cie) ou comme «créateur» d’un marché, mais pas comme moteur-gérant d’un système global. Son rôle de maintien de la paix sociale que ce soit en réprimant les manifestations de chômeurs aux Etats-Unis ou plus subtilement par le Front populaire en France.

Après l’intermède des guerres impérialistes de 1939-45, cet Etat-Providence se renforce.

C’est la fameuse période des « trente glorieuses ». Le capitalisme est florissant, la propagande est à l’avènement d’une société de la « classe moyenne » où tout le monde y serait beau, où les rapports de classe ne seraient plus conflictuels puisque régnerait la classe moyenne, où chacun aurait sa chance… Mais malgré ça, les conflits de classe s’exacerbaient, les niveaux de vie des pauvres et des riches augmentaient, mais celui des riches plus et plus vite que les autres. L’explosion mondiale de 68 -bien que masqué par le spectacle de la révolte étudiante- en est un signe.

Puis vint la mauvaise blague de la « crise ». Ce qu’il est important de dire c’est que ce phénomène n’est en rien une fatalité ou la faute à pas de chance. La période de crise commencée au début des années 70 correspond à une période de restructuration du capital. En fait, le capitalisme change régulièrement de forme (c’est une des explications des cycles de Kondratieff, c’est-à-dire les périodes de récessions/croissances qui se suivent au cours de l’histoire du capitalisme). Le fond reste bien ancré, mais là l’organisation et la forme structurelle ont évolué depuis 30, 60 ou 100 ans. Nous sommes donc dans cette période où le capitalisme fait peau neuve. Ce qui l’amène à de nouvelles contradictions, à rendre caduques certaines formes de travail, certains besoins… Mais tout cela ne le remet pas en cause, le chaos perpétuel de la vie du capital est même une de ses forces.

Une des caractéristiques actuelles est de ne pas avoir besoin d’une grande masse de travail pour augmenter la productivité et la plus-value. Tout du moins dans les pays riches de l’OCDE. Après l’hypertrophie du tertiaire, nous sommes passés dans une économie du quaternaire – c’est-à-dire le travail à forte valeur en savoir (haute technologie, Recherche & Développement…). Ce qui pose le problème, d’un point de vue social mais pas pour le capital, de la mise sur la touche d’une grande partie de la population. Population qu’il va falloir continuer à contrôler.

Aujourd’hui, dans les perspectives de son développement, deux questions se posent au capitalisme. Comment va s’autoréguler le marché? Et quelle forme doit prendre le contrôle social ?

Bien sûr, des réponses sont déjà données chaque jour par l’existence de l’économie et de cette société. Le marché tourne et le contrôle social nous le subissons tous et toutes. Mais les réponses ne sont jamais définitives et la réorganisation du capital entamée à la fin des trente glorieuses n’est pas encore achevée.

Le marché trouve son équilibre au sein des pressions extérieures, des évolutions; en ce sens il s’autorégule. Même si la période de l’Etat-Providence est derrière nous, le rôle de l’État et des institutions dans le fonctionnement de l’économie n’est pas négligeable.

Les théoriciens du capitalisme —autrement appelés néo-classiques — avancent 5 hypothèses qui doivent poser le cadre de la vie et du développement du capital. Ces hypothèses sont celles de la concurrence pure et parfaite. C’est celle de la mobilité (une entreprise peut passer d’une production à une autre, donc pas de barrière entre les marchés), celle de la flexibilité des prix (donc pas de SMIC), celle de l’atomicité (c’est-à-dire pas de monopole, le prix n’est qu’un paramètre qui se fixe par la confrontation de l’offre et de la demande), celle de l’unicité du prix, celle de la libre circulation de l’information et on pourrait rejouter celle de l’homogénéité (produits sur un marché identiques entre eux, donc pas de marketing et instantanéité de l’échange). Pas la peine d’aller plus loin pour dire que toutes ces hypothèses ne sont pas respectées. Et pourtant le capitalisme existe bien. C’est une de ses contradictions qu’il gère très bien.

Les néo-classiques sont les têtes pensantes de l’économie libérale, ce n’est pas un hasard si les plans structurels du FMI sont tablés sur leur théorie.

Le capitalisme s’accommode de beaucoup de choses (les bolcheviks en Russie, par exemple, n’ont en fait pas entravé son développement). Il a une capacité d’intégration même de ce qui est le plus subversif. Nous voyons bien que ce qui peut être considéré comme ses lois, même si elles ne sont pas respectées, ne l’empêche pas de se développer.

Si les 5 hypothèses néo-classiques étaient appliquées, ce serait un désastre social et donc un facteur d’instabilité. Le capitalisme à cette fonction de s’adapter aux conditions extérieures, mais aussi d’influer sur ces conditions.

Ce qui est important pour la survie du capital c’est la paix sociale. C’est une des tâches majeures du rôle régalien de l’État. Le revenu garanti peut être un facteur de régulation du capital dans le sens où il peut stabiliser la situation sociale.

On le voit la canalisation des populations est un enjeu de survie pour le capital. Que ce soit en construisant des prisons, ou, comme dans les mégapoles américaines, en élevant des passerelles pour que les yuppies n’aient pas à marcher dans la rue. Le revenu est sûrement un moyen plus sûr de contrôle social. Ce n’est certes pas par humanisme, mais bien parceque le capitalisme actuel trouverait son compte dans une paix sociale payée par ce qu’il reste d’Etat « providence » Un des rôles du travail a été de maintenir la population dans la soumission et la crainte. Puisque les conditions économiques ne permettent plus de mettre tout le monde au travail, il va bien falloir trouver autre chose.

Loin d’abolir ou de remettre en cause le salariat, le revenu garanti le renforce. Seul l’Etat est en mesure de l’attribuer. Et cela pose le problème du rapport à l’Etat qui est avant tout un rapport individuel, alors que le rôle de l’Etat fait partie d’un rouage plus large. C’est-à-dire que l’Etat sert avant tout des intérêts de classe, opposés à ceux et celles qui subissent. Rester dans un rapport individuel c’est nier ce rapport et donc ne jamais pouvoir le dépasser. L’obtention d’un salaire social ne se fera alors jamais sans contrepartie. En plus de la menace que pourra faire peser l’État, ils nous feront aussi le coup des activités socialement utiles; et il sera difficile d’y échapper…

Outre que le revenu peut être la solution pour maintenir le contrôle et la paix sociale, il permet aussi au capital de dépasser ses contradictions actuelles. Notamment de gérer la restructuration du travail. Certains économistes comme Milton Friedmann avancent l’idée d’un revenu minimum garanti de 1500 francs par mois. Un individu qui touche 1500 francs par mois se voit obligé de chercher un supplément de revenu sous forme de boulots précaires (temps partiel, sous-payés, sous protégés…). Cette forme de revenu minimum n’a même pas besoin d’exiger des individus une contrepartie en travail -elle leur impose de fait par son faible niveau- et permet en plus un dévelloppement de la flexibilité associé à une baisse du coût du travail (une des principales exigences du capitalisme actuel). L’économiste Yann Moulier Boutang, défenseur du revenu, le présente comme « un filet de protection » permettant le développement de l’économie libérale. Il va même l’introduire comme un élément de relance économique et finit par affirmer que « le revenu garanti est un facteur de création d’emplois normaux. ». Pour aller plus loin dans l’intégration du revenu au fonctionnement du capitalisme, Yann Moulier Boutang, toujours dans son texte un nouveau New-Deal est en marche paru dans l’insipide journal Occupation, nous démontre que le revenu s’adapte au nouveau salariat qui est « une économie du travail intermittent, d’un travail omniprésent…»

Que dire de plus sur le lien entre aménagement du capitalisme et le revenu garanti quand il est affirmé dans le rapport mouvement des chômeurs et précaires en France. la revendication d’un revenu garanti que « cette revendication repose sur une compréhension théorique du chômage sous l’angle de la précarisation de l’emploi, comme élément central de la restructuration en cours » (1). Certes la forme de l’exploitation capitaliste -nous l’avons déjà vu plus haut- a bien changé. Bien que le travail précaire -comme on l’appelle aujourd’hui- soit tout de même une constante des conditions de vies prolétariennes, que ce soit des journaliers aux ateliers nationaux, ou de l’intérimaire mainteneant. Mais après certaines périodes d’expansions du capitalismes, des formes de relations avaient été prises pour acquis. On voit au jourd’hui qu’il n’en est rien. Fléxibilté et conditions de tavail drastiques sont demandées aux précaires ici, des zones économiques spéciales en Chine aux zones franches du Nicaragua.

Le précaire ici passe du taulier aux allocations de la CAF, de la chaîne aux boulots de proximité; sa situation face à l’exploitation est des plus flottantes. Ainsi la lutte de classe a changé de forme, de spécificité, la lutte sociale trouve alors d’autres terrains; par exemple la récupération directe des «richeses» pour les besoins de chacun trouve toute sa vigueur au contraire des luttes de travailleurs-producteurs au sein même de l’entreprise.

Par contre la revendication d’un revenu garanti n’offre la perspectives que d’un aménagement économique plus ou moins confortable, et qui peut en outre devenir un instrument d’exploitation plus accrue.Certains «penseurs» du revenu garanti en viennent pour vendre leur produit à constater qu’après une dizaine d’années de déréglementation capitaliste il y a « (…) une génération perdue du strict point de vue de la logique de marché » (2). Alors que de mieux -ou de moins pire c’est slon les interlocuteurs- que le revenu garanti pour réguler le marché et permettre un intégration au système capitaliste? Avouloir paraitre respectable on en vient à dire les pires abérrations. Et surtout on en vient à dévellopper des idées qui nient toute rupture avec le capitalisme. Et c’est bien cela l’enjeu de tout mouvement social, rupture ou intégration au système dominant.

On voit que le revenu garanti n’est pas porteur d’émancipation sociale. A peine une réponse d’urgence que nous pouvons laisser aux gestionnaires. Il est clair qu’en tant que classe nous devons nous battre sur des luttes concrètes comme les coupures EDF, les ouvertures de squatt… même si ce n’est pas la panacée face à la force du capital. Mais nous n’avons rien à revendiquer puisque l’enjeu n’est rien d’autre que la réappropriation de nos vies. Nous avons juste à arracher ce dont nous avons besoin, et c’est dans ces moments que par la dynamique de la lutte s’ouvrent alors les perspectives de se débarrasser du poids des rapports marchands, du productivisme, de la maximisation de chaque seconde… C’est là que se tisse l’entraide, qu’enfin tout appartient à tous, que les échanges se font sur les besoins communs… et petit à petit trouver un système de production et de distribution fondés sur des principes nouveaux… enfin bref le communisme!

Paru dans Apache N°12 – Printemps/Été 1998

Notes

1 Mouvement de chômeurs et précaires en France. La revendication d’un revenu garanti. rapport d’une recherche pour le compte de la mission interministerielle Recherche-Expérimentation (convention 245/87) par T. Baudoin et M. Collin chercheur au CNRS, J-N Chopart directeur du laboratiore d’études et de recherches de l’institut régional du travail social de haute-Normandie et L.Guilloteau étudiant en sociologie devenu membre de la direction d’AC! depuis.
2 ibid p:165.

Lire les articles précédents :
Armée du bolivarisme dictature Hugo Chavez
Le mythe de la nature démocratique des Forces armées vénézuéliennes

« Le grand événement du vingtième siècle a été l’abandon des valeurs de liberté par le mouvement révolutionnaire ; le...

Fermer